Année Laudato si’

Vivre l’écologie intégrale : tout est lié

Tout au long de l’année, venez découvrir une lecture de l’encyclique Laudato Si’ et des propositions d’actions !

Mise à jour du lundi 15 mars : retrouver désormais le résumé du premier chapitre de Laudato Si’ en bas de page !

 

Chers paroissiens,
Il y a cinq ans, le Pape François publiait son encyclique « Laudato Si’ », véritable plaidoyer pour une écologie intégrale. Que cet anniversaire nous permette de vivre davantage et plus profondément cette conversion écologique !
On en parle beaucoup, mais vous n’avez pas encore réussi à vous y mettre ? Cette rubrique a pour objectif de vous faire découvrir l’encyclique de manière théorique et pratique tout au long de l’année. Nous souhaiterions que cette rubrique soit un lieu de partage des initiatives que nous connaissons : n’hésitez pas à nous en partager (via le contact en fin d’article) !

I – INTRODUCTION À LAUDATO SI

L’encyclique Laudato Si s’inscrit dans la tradition chrétienne depuis Saint François d’Assise. Il a vécu l’écologie intégrale en protégeant ce qui est faible avec joie et authenticité. Il a renoncé à transformer la réalité en pur objet d’usage et de domination. Il s’est engagé auprès des pauvres.

Dans l’introduction de Laudato Si, le Pape François rappelle que l’encyclique s’inscrit dans la suite d’une série de textes écrits par ses prédécesseurs, qui font ressortir l’ampleur de la question écologique. Dans Pacem in Terris publiée en 1963, le Pape Jean XXIII rappelle que la Terre, création de Dieu, est confiée à l’Homme. Il invite à la paix tous les hommes de bonne volonté pour éviter une guerre nucléaire.

En 1971, Paul VI dénonce les conséquences dramatiques de l’activité humaine sans contrôle ainsi que la confiance aveugle envers la technologie. A diverses reprises dans son long pontificat, Jean-Paul II appelle à une conversion écologique globale et surtout humaine : la vie est un don, à protéger de son origine jusqu’à sa fin contre toute dégradation et toute violence.

Benoit XVI abordera aussi la question, notamment en 2007, lors d’un discours au Corps Diplomatique où il insiste pour corriger les modèles de croissances qui ne respectent pas l’environnement, ni la sexualité, ni la famille, ni les relations sociales. « Le livre de la nature est unique et indivisible » dira-t-il.

La question est aussi portée par les chrétiens d’autres confessions. Au sein du dialogue inter religieux, le Patriarche orthodoxe Bartholomée rappelle qu’un crime contre la nature est un péché contre Dieu. Il invite donc à limiter la consommation au prix de certains sacrifices et d’une certaine ascèse, qui ne sont pas à pas vivre négativement, mais positivement comme une façon de (se) donner, d’aimer Dieu et des autres. Il invite les chrétiens à rencontrer Dieu dans les plus petits détails de la Création.

Le Pape François appelle à sauver notre maison commune : la Terre et son encyclique Laudato Si va longuement détailler en quoi consiste l’écologie intégrale.

Convertissons-nous ! Rappelons-nous que nous sommes les instruments de Dieu pour sauvegarder la Création.

Passez à l’action !

Nous vous proposons quelques initiatives locales ou suggestions, non exhaustives. N’hésitez pas à nous en faire connaître !

 

  • Lisez le webzine de l’écologie intégrale « Tout est lié », édité par la conférence des évêques de France : https://toutestlie.catholique.fr/
  • La paroisse a ouvert un salon de thé le dimanche de 16h et 17h30 à Saint Marc des Bruyères pour rencontrer paroissiens et voisins du quartier : c’est l’occasion de vivre l’écologie humaine !
  • DayByDay, épicerie au 122, rue des Bourguignons, 92600 Asnières sur Seine, vend du vrac.
  • Le producteur d’Orgeval au marché de Bois-Colombes vend en direct sans passer par Rungis.
  • Chez vous : quel est l’intérêt de boire de l’eau en bouteille ? Pour l’eau gazeuse prenez des graines de Kéfir, et pour purifier l’eau du robinet mettez un charbon actif dans la carafe d’eau.

Des idées ? Partagez-les ! acvercherin@gmail.com

 

II- PREMIER CHAPITRE DE LAUDATO SI : ÉTAT DES LIEUX DE NOTRE MAISON COMMUNE

Chers paroissiens,

Vous l’attendiez depuis notre précédent billet ? Voici un résumé du premier des six chapitres de Laudato Si à travers lequel le Pape François dresse un « état des lieux de notre maison commune ». Quelle remise en cause de notre mode de vie d’habitants d’un pays développé à la lecture de ce chapitre !

Quelle contribution chacun peut-il avoir ? La planète devient une poubelle géante quand notre mode de vie consumériste tourné vers le court-terme répond aux exigences de rentabilité financière orientées … vers ce même court-terme.

Notre modèle économique est-il compatible avec la lenteur naturelle de l’évolution biologique ? La culture du déchet à grande échelle a un impact (bientôt ?) irréversible sur l’environnement : pollution de l’eau, de l’air et disparition de certaines espèces de la faune et de la flore.

L’activité humaine est omniprésente et sous couvert du progrès technique elle accroît l’exclusion des plus pauvres. Les questions touchant à leur vie passent souvent au second plan au profit des besoins croissants des pays développés. Cela contribue à l’accroissement des migrations de populations vers de grandes villes qui favorisent …. L’exclusion.

Avec force, le pape François rappelle la vocation de l’Église : l’accueil des plus pauvres et des exclus !

Il souligne que l’humanité déçoit les attentes divines lorsqu’elle détériore la Terre. Le modèle circulaire et solidaire de la création est à rechercher. Tout homme doit avoir « accès à l’eau potable, droit humain primordial, fondamental et universel pour pouvoir exercer pleinement ses autres droits humains ».

Le pape François dénonce également deux opinions face à la situation actuelle :

  • Le mythe du progrès technique qui résoudra les problèmes écologiques.
  • L’idée subversive selon laquelle l’activité humaine, quelle qu’elle soit, détruit la planète ; d’où la solution : réduire la présence de l’homme sur terre.

L’Église regarde la réalité avec sincérité : il y a une détérioration de notre maison commune. L’espérance est là et nous permettra de trouver une voie pour magnifier Dieu et sa création.

Et si on passait à l’action….

D’abord s’émerveiller de l’arrivée du printemps : l’émerveillement devant la vie la plus ordinaire précède le désir de protéger l’environnement.  « Si nous nous approchons de la nature (…) sans cette ouverture à l’étonnement et à l’émerveillement, si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources… » (Laudato Si §11)

Puis passer à l’action au quotidien :

  • Faire des menus avec ce qu’il y a dans les placards, le frigo et le congélo avant d’acheter de nouvelles denrées.
  • Acheter des produits locaux et de saison (plusieurs maraîchers-producteurs du Vexin viennent au marché de Bois Colombes -Collas, Maison Paulmier -). ….. Découvrir La Ruche (commandes par internet et livraison chaque jeudi soir au Centre 72, l’AMAP (engagement annuel les mercredis soirs).
  • Pensez à vos emballages lors de vos courses (papiers récupérés, sacs en toile, boites en verre ou en plastique (au marché seulement pour la viande et/ou le poisson et la crèmerie).
  • Cuisiner des produits frais au lieu d’acheter des produits transformés. Apprendre à cuisiner les restes.

Pour aller plus loin : consulter des sites généraux d’achats de seconde main comme 

Enfin, se former à l’écologie avec les dominicains : https://www.theodom.org/terre

Vous avez-vous aussi d’autres suggestions à faire ? écrivez à acvercherin@gmail.com